keyvisual
 
 

Techniques alternatives de traitement des eaux pluviales et de leurs sous-produits : vers la maîtrise du fonctionnement des ouvrages d’infiltration urbains

2005-2009

 

Objectifs et contenu

Les rejets d’eaux pluviales constituent une des sources principales de pollution des milieux récepteurs produits par les territoires urbains. Pour assurer leur maîtrise, de nombreuses collectivités ont développé des méthodes de gestion reposant sur des techniques alternatives aux réseaux de conduites fondées sur la rétention et l’infiltration des eaux de ruissellement. Les techniques classiques de réseau posent en effet de nombreux problèmes techniques et environnementaux, la littérature montrant que les eaux de ruissellement ainsi que celles qui ont transité dans les réseaux séparatifs ou unitaires sont généralement polluées (métaux lourds et hydrocarbures notamment), si bien que les rejets urbains de temps de pluie sont de plus en plus souvent mis en cause dans la pollution des milieux aquatiques servant d’exutoires.

Dans ce contexte récemment renforcé par des exigences réglementaires croissantes (DCE 2000/60 notamment), les techniques de rétention/infiltration des eaux de ruissellement sont aujourd’hui largement plébiscitées, que ce soit en France ou à l’étranger. Les qualités de ces techniques sont nombreuses : limitation des phénomènes de lessivage des surfaces urbaines, diminution des charges polluantes, intérêt épuratoire, possibilité d'urbaniser des zones qui sont éloignées des exutoires de surface, ... Cependant, ces techniques de rétention/infiltration soulèvent de nombreuses questions, notamment en termes de performances réelles et de protection des sols et des eaux souterraines, de mécanismes de colmatage en surface et de chemins préférentiels, ou encore de gestion par les collectivités des sédiments pollués piégés en surface dans ces dispositifs.

Le projet ECOPLUIES vise ainsi à proposer des améliorations pour la conception, la construction et l’exploitation des ouvrages de rétention/infiltration des eaux pluviales, de manière à les rendre plus fiables et plus performants et ce, dans un contexte de forte demande exprimée par les collectivités territoriales. Les travaux de recherche sont menés à trois niveaux :

  • Une recherche cognitive visant à améliorer la compréhension, la caractérisation et la modélisation des phénomènes auxquels sont soumis les flux polluants au sein de ces systèmes (de la source aux rejets). Pour cela, le projet s’appuie sur des observations en continu faites sur des systèmes en service instrumentés et suivis dans le cadre de l'Observatoire de Terrain en Hydrologie Urbaine (OTHU), en particulier le site de Django Reinhardt, et sur de mesures complémentaires en laboratoire (colonnes et pilotes)
  • Une recherche à caractère technologique permettant d’optimiser les dispositifs d’infiltration (notamment par l’amélioration de l’interface ouvrage/sol) et par la mise au point et la validation d’un pilote de traitement biologique des résidus de curage
  • Une recherche à caractère méthodologique visant à définir des outils d’évaluation globale et opérationnelle de l’efficience des systèmes permettant de mieux les concevoir, de mieux les gérer et de comparer des stratégies d’actions (modifications techniques, modes de gestion, surveillance, …). Cela nécessite de travailler d’une part au développement, à la validation d’indicateurs de performances et à leur mise en œuvre dans des méthodes d’aide à la décision.

 

Livrables

Outre de nombreuses publications scientifiques et communications orales lors de colloques, le principal livrable du projet est un guide technique. Mentionnons par ailleurs deux valorisations des résultats du projet :

  • examen des conditions de pérennité et d’évolution de l’information produite via une plateforme d’information (préfiguration d’un forum national sur la question de l’infiltration des eaux pluviales en milieu urbain par le GRAIE et mise en place d’une base de connaissance internationale via le groupe de travail international SOCOMA (« Source Control Management ») de l’IWA/IAHR (International Water Association / International Association of Hydraulic Research)
  • développement d’un pilote de prétraitement des résidus de curage qui permettra de poursuivre les recherches sur ce point.

 

Documentation

Debecdelièvre L. (coord), Barraud S, Clozel B., Gaboriau H., Seron A., Come J.-M., Kaskassian S., Verjat J.-L., Bedell J.-P., Delolme C., Perrodin Y., Winiarski T., Brelot E., Bacot L., Soares I., Desjardin-Blanc V., Lipeme-Kouyi G., Malard F., Mermillod-Blondin F. Gibert J., Marmonier P., Herbreteau B., 2009. L’infiltration en questions – Recommandations pour la faisabilité, la conception et la gestion des ouvrages d’infiltration des eaux pluviales en milieu urbain. Version 2, Projet ANR/ECOPLUIES, 63 p.

Moura P., Barraud S., Cherqui F., 2009. Rapport sur les indicateurs et sur les méthodes de construction d’indicateurs de performance des ouvrages d’infiltration (Etape 2). Projet ECOPLUIES, Rapport ANR, 290 p.

Barraud S (coord.), Bacot L., Bedell J.-P., Brelot E., Clozel B., Come J.-M., Debecdelièvre L., Delolme C., Desjardin-Blanc V., Dictor M. C., Gaboriau H., Herbreteau B., Kaskassian S., Lipeme-Kouyi G., Malard F., Marmonier P., Mermillod-Blondin F., Perrodin Y., Seron A., Verjat J.-L., Winiarski T, 2007. Comm. Orale Projet ECOPLUIES, Colloque ANR/Ecotechnologies - Les journées PRECODD, Aix en Provence, 7-8/11/2007


 

 

Liens utiles

Site Web projet contenant en ligne des ressources bibliographiques et la description des outils opérationnels : http://www.ecopluies.org

OTHU : http://www.graie.org/othu/

 

Partenaires du projet

 

 

       

 

Cofinanceur du projet

       

 


 Vous souhaitez nous contacter à propos du projet ECOPLUIES ? Nous vous invitons à utiliser le formulaire de contact dédié.