keyvisual
 
 

La Direction des Constructions Navales (DCNS), est une société assurant principalement la conception, la construction, la réparation et la maintenance de bâtiments navales militaires. Administrativement, les SNLE (Sous-Marins Nucléaires Lanceurs d’Engins) ont aujourd’hui un statut de « déchet ». DCNS a consulté des entreprises de taille spécialisées en démantèlement nucléaire et industriel pour la réalisation des études et travaux de déconstruction et de dépollution chimique des coques des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de type M4, type le Redoutable.

NUDEC a, donc, été retenue, en sa qualité de cotraitant au sein d’un groupement de grande envergure, pour la réalisation de la tranche ferme « études » préalable aux travaux de déconstruction et dépollution.

Services fournis

NUDEC réalise et supervise l’ensemble des études d’ingénierie, la maîtrise des plannings et la maîtrise d’œuvre intégrée.

Ces études s’articulent autour des métiers de NUDEC, particulièrement le démantèlement, à savoir :

  • l’analyse de la valeur
  • l’offre optimisée de déconstruction des SNLE
  • l’établissement du scénario optimal de déconstruction au regard de la méthodologie générale de déconstruction
  • le plan de recyclage, l’optimisation et la gestion des déchets
  • les analyses et scénarios de risques liés à la ventilation et à l’incendie
  • l’analyse des facteurs humains
  • les principes et modes opératoires

NUDEC assure également l’interface avec l’entreprise qui s’occupe du désamiantage et l’analyse des risques de concomitance des phases (déconstruction / désamiantage) tant sur les procédés mis en œuvre que sur les plannings. Les échanges avec le client, nos réunions internes et les discussions avec nos partenaires, membres du groupement, nous confortent dans l’évaluation des enjeux que revêt ce dossier.

Ce projet couvre indéniablement une dimension environnementale, une exigence économique, des enjeux techniques et surtout une exigence centrale de sécurité.

Les études pré-opérationnelles ont débuté en avril 2014 et arrivent à leur fin en avril 2015 ; les travaux, eux, sont prévus fin 2016-début 2017 sur une durée prévisionnelle de 8 ans, soit jusqu’en 2024.